Métiers du négoce : se préparer à rebondir

Date : 15/03/22

Thématique : Divalto

Accueil / Métiers du négoce : se préparer à rebondir

Flambée du prix des matières premières, des coûts de transport, allongement des délais de livraison, pénurie de matériaux… En tant que professionnel du négoce, vous êtes concerné par la situation économique mondiale, après deux années de crise sanitaire. Le conflit ukrainien et les tensions géopolitiques ne font qu’aggraver un contexte déjà difficile pour le commerce B2B. Entre attentisme et témérité, quelle posture adopter ?

Une hausse du prix des matières premières

Métiers du négoce

Depuis plusieurs mois, le coût des matières premières connaît une forte augmentation. Du bois à l’acier, en passant par les semi-conducteurs et le nickel, les matériaux nécessaires à la fabrication de toutes sortes d’équipements ont vu leur prix exploser en un temps record.

« D’après le FMI, les prix des métaux ont subi une hausse de 72 % par rapport à leur niveau d’avant-crise, atteignant en mai 2021 leur plus haut niveau depuis neuf ans (en termes corrigés de l’inflation). Les matières premières agricoles ne sont pas épargnées : le cours du blé, par exemple, est au plus haut depuis 2012. »  

Michel Gomez, Chef de projet

 

Les causes de ces hausses de prix sont multiples et dépendent des matières. Globalement, la reprise des échanges, qui a suivi la crise sanitaire et économique, joue un grand rôle dans l’inflation. La reprise est plus rapide que prévu, et l’offre ne parvient pas à faire face à la demande, les investissements ne suivent pas assez vite. Des tensions se créent alors au niveau des approvisionnements. L’inadéquation entre la demande (qui explose) et l’offre (insuffisante) tire les prix vers le haut.

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine depuis le 24 février dernier a également accentué l’envolée des prix des matières premières et de l’énergie.

 

Des pénuries inquiétantes

Lorsque les prix des fournisseurs augmentent, les acheteurs ont tendance à anticiper de prochaines hausses en augmentant ponctuellement le volume de commande au prix actuel. Conséquence : la création d’une bulle spéculative qui mène à des situations de pénurie. 

Aujourd’hui, les stocks mondiaux de la plupart des matières premières sont presque vides. Les métaux, les produits énergétiques et les biens agricoles sont les premiers concernés. Pour le cuivre par exemple, les réserves mondiales sont de 400 000 tonnes, soit moins d’une semaine de consommation mondiale (1).

 

Le transport international hautement perturbé

Métiers négoce

Depuis février 2021, les prix du transport ont augmenté de 4,41 % en France et devraient poursuivre leur hausse dans les prochains mois (2). Les places dans les conteneurs coûtent cher ; certains transporteurs refusent d’embarquer des pièces trop volumineuses, sinon à des prix onze fois supérieurs qu’à l’habitude (3).

À cela s’ajoutent des problèmes de rallongement des délais de livraison liés à la crise sanitaire, mais aussi l’embouteillage de porte-conteneurs ayant eu lieu sur le canal de Suez en mars dernier…

 

La concurrence accrue de l’offre web

Métiers du négoce B2B

La crise sanitaire et les confinements ont révélé un concurrent de taille aux entreprises de négoce : les géants du web (Amazon, etc.). Ces derniers ont raflé une partie des parts de marché des plus petits négociants en développant leurs offres à destination des professionnels.

Leurs arguments ne manquent pas : produits toujours en stock, livraison en 24H, prix défiant toutes concurrences… Les professionnels, désormais habitués à ce type de service dans leur vie personnelle, sont friands de cette réactivité. Ils succombent de plus en plus aux sirènes de la commande web.

 

Négociants : comment éclaircir l’horizon ?

En temps de crise, d’instabilité et de doute sur l’avenir, il est tentant de mettre tout investissement en pause, en attendant des jours meilleurs. Les professionnels du négoce ont souvent bloqué leurs investissements et s’efforcent de maintenir leur activité en maîtrisant leurs stocks et leurs marges autant que faire se peut.

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles !

Cette réaction attentiste, spontanée et pour le moins assez classique, n’est pourtant pas forcément la plus efficace. Nous l’avons vu durant la dernière crise sanitaire, les entreprises qui ont le plus rapidement rebondi sont celles qui se sont adaptées à la situation et ont poursuivi leur logique d’investissement, quitte à changer leurs pratiques ou leurs habitudes. Et ce, même s’il est difficile de conserver les mêmes pratiques lorsque l’environnement extérieur est à ce point mouvant.

 

38 % des entreprises ont su s’adapter à la crise sanitaire.

Source : l’Insee

 

Parce que le contexte reste instable, il faut justement se doter des bons outils pour suivre et anticiper chaque mouvement. Changer de fournisseurs, de modèle d’approvisionnement, de distribution, de positionnement ou pourquoi pas de politique tarifaire ? Vos équipements informatiques doivent accompagner ces mutations. Mieux : en être partie prenante.

 

Un logiciel de gestion n’est plus une option pour évoluer dans le domaine du négoce aujourd’hui. Vous avez besoin d’un solide appui pour suivre les prix d’achat et les coûts de revient, maîtriser vos marges et sécuriser vos stocks.

 

(1) Financial Times

(2) Baromètre Upply

(3) Financial Times

Inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire

Inscription Newsletter

Recevoir 1 fois par mois la newsletter simple et sympa de SYXPERIANE