Close iconRestez informé des nouveautés Syxperiane

Vous êtes:  Monsieur Madame

ERP Cloud : faire le choix de la transformation

Accueil / ERP Cloud : faire le choix de la transformation

MIGRER SEREINEMENT VERS UN ERP CLOUD

Selon IDC, les dépenses en services Cloud devraient doubler d’ici 2020. Cet engouement pour les solutions ERP Cloud est essentiellement dû aux PME pour qui ces technologies sont devenues accessibles. Le modèle séduit et à juste titre mais avant de se lancer, petit rappel des bonnes pratiques.

kk

Choisir sa plateforme pour son ERP Cloud : PaaS ou IaaS ?

Évoluer vers un ERP Cloud peut se faire de différentes façons au regard des choix stratégiques de l’entreprise.

Toutes ne foncent pas tête baissée vers les promesses du Cloud, certaines ont besoin d’être rassurées et font le choix de passer par le IasS, une étape intermédiaire avant de progressivement aller vers le full PaaS.

Les entreprises actuellement en mode « On-Premise » et tentées par une solution ERP Cloud sont susceptibles d’utiliser le IaaS comme plateforme d’hébergement de leur SI dès lors qu’ont été traitées les questions juridiques et de confidentialité des données. A partir de là, deux solutions s’offrent à elles :

  • Conserver l’architecture IaaS, un modèle hybride d’ERP Cloud sur lequel, elles garderont la main mise et donc la gestion qui va avec,
  • Evoluer vers une plateforme as a Service (PaaS) sur laquelle seront externalisées les développements spécifiques, en particulier leur ERP. Ce type de migration peut se justifier si l’on souhaite réduire au maximum les charges d’exploitation.

Pour celles qui font le choix de s’appuyer sur une architecture PaaS, le bénéfice est plus intéressant en termes de « Time to market » car la plateforme, le déploiement et les services d’infogérance sont fournis sur étagère.

A l’inverse, un ERP Cloud qui s’appuie sur une architecture IaaS nécessite de monter son architecture applicative mais aussi les déploiements et l’exploitation. Néanmoins, l’architecture IaaS est l’unique solution dès lors que l’on a besoin de construire une architecture applicative non standard.

Ce type de plateforme est particulièrement adapté pour répondre aux besoins suivants :

  • PRA (Plan de reprise d’activité) : une plateforme Cloud peut être utilisée comme système de reprise d’activité en cas de sinistre grave. Le SI client est alors répliqué sur la plateforme Cloud, qui deviendra le serveur principal en cas de sinistre
  • HA (Haute disponibilité) : pour toutes les entreprises ayant besoin que leur SI soit disponible tout le temps (ex : SLA > 99%). Ce niveau de disponibilité aurait un coût prohibitif si le service était géré en interne
  • Débordement : en cas de pic d’activité ponctuel (ex : en fin d’année pour les boutiques en ligne) des ressources supplémentaires peuvent être allouées temporairement, plutôt que d’investir du matériel complémentaires
  • Multi environnements ERP : les plateformes Cloud permettent de déployer rapidement des environnements projet ou de production nécessaires à la réalisation d’une recette, de tests de montée en charge ou de concepts applicatifs dont on ignore la pérénité

ERP Cloud : méthodologie de gestion de projet et savoir-faire

Une des étapes les plus complexes des projets de transformation numérique est bien souvent la migration vers un ERP Cloud. Dans quelle mesure les architectures applicatives de votre ERP doivent être modifiées pour pouvoir être portées sur une infrastructure PaaS ? Combien cela va-t-il coûter ? Quels sont les délais de portage ? Vers quelle plateforme la migration vers un ERP Cloud serait la plus aisée ?

La méthodologie et l’approche technique offrent des éléments de réponses à l’ensemble de ces questions. Les analyses des contextes applicatifs, métiers et technologiques de l’entreprise, qui souhaite évoluer vers ERP Cloud, permettent d’évaluer la complexité de leur migration vers le Cloud, avec des indicateurs techniques, mais aussi de coût et de durée.

L’idéal est de synthétiser un tableau de bord indiquant les points de compatibilité (interfaces, systèmes de fichiers, technologies …) entre les applications du SI et les actions à réaliser pour pouvoir migrer vers une plateforme Cloud.

Cette approche permet également d’estimer un « pourcentage d’ajustement », sorte de note globale indiquant l’adéquation de la plateforme Cloud avec toutes les applications du SI à porter. Cette note tient principalement compte de la quantité de travail pour migrer les applications, de la durée du portage et de son coût.

Enfin, dernier aspect à prendre en compte, les ajustements d’architecture nécessaires à réaliser sur le SI pour le porter dans la plateforme Cloud choisie doivent être organisés en différentes catégories pour faciliter le travail et la collaboration des équipes IT du client avec celles du prestataire.

Source image: GCN magazine