Rotation de stock : mode d’emploi

Date : 15/07/21

Thématique : Divalto

Accueil / Rotation de stock : mode d’emploi

Dans le secteur du commerce, de la distribution B2B, du négoce ou même dans l’industrie où des produits sont fabriqués à partir de matières premières, la rotation de stock joue un rôle déterminant. C’est un indicateur de performance qui en dit long sur l’efficacité et les processus d’achat, d’approvisionnement et de vente d’une entreprise. Quand son niveau est satisfaisant, c’est un signe de bonne gestion des stocks et de compétitivité de la structure. L’inverse traduit généralement des dysfonctionnements au sein de l’organisation. Voici pourquoi et comment l’évaluer. Et même l’améliorer.

 

 

Dans cet article :

1. Qu’est-ce que la rotation des stocks ?

2. La rotation de stock : un enjeu de performance pour l’entreprise

3. Le taux de rotation diffère selon les secteurs

4. Rotation des stocks : comment la calculer ?

5. La rotation des stocks au service de la bonne gestion des stocks

6. Des outils au service du pilotage de la rotation des stocks

 

 

Qu’est-ce que la rotation des stocks ? 

La rotation de stock renvoie de manière simple au nombre de fois où une entreprise est amenée à remplacer son stock de produits dans un laps de temps donné, généralement un an. Une autre approche consiste à calculer le nombre moyen de jours pendant lequel les produits sont stockés. On aboutit dans les deux cas à ratio de rotation, indicateur important qui reflète la bonne gestion et l’optimisation des stocks d’une entreprise, de l’amont (la commande de produits aux fournisseurs) à l’aval (la réception des commandes par les clients et leurs paiements) de son activité. 

 

La rotation de stock, un enjeu de performance pour l’entreprise 

Chariot élévateur en mouvement pour effectuer une rotation de stock

Schématiquement, une rotation des stocks faible est souvent le signe d’un surstockage, ce qui implique à moyen ou long terme, dans les entreprises concernées, des problèmes de liquidités et à terme de rupture de trésorerie. Quand la rotation de stock est inexistante, on parle de “stock dormant” ou “stock mort” : “ les produits sont susceptibles de plus être vendus et représentent notamment des coûts d’entreposage et des capitaux immobilisés qui auraient pu servir un projet plus rentable pour l’entreprise.  

 

Une rotation de stock élevée au contraire indique une circulation satisfaisante des produits stockés. C’est souvent le reflet d’une bonne optimisation des stocks, mais cela peut aussi cacher des stocks insuffisants et impliquer des difficultés à honorer -et donc à satisfaire- les commandes clients. 

 

Dans une entreprise, la rotation de stock est un indicateur financier important et apporte une contribution décisive à une bonne gestion des stocks . Elle participe directement au calcul de son Besoin en fonds de roulement (BFR)Les chefs d’entreprise, les financiers et les experts comptables connaissent bien cette dernière notion, synonyme de rentabilité globale de l’organisation.  

 

En comptabilité, le Besoin en Fonds de Roulement est la somme qu’une structure doit financer pour payer l’ensemble de ses charges (salaires, loyer, abonnements, etc.) en attendant de recevoir les paiements dus par ses clients. Il couvre en fait le besoin résultant des décalages de trésorerie entre les entrées et les sorties. 

De manière simplifiée, il se calcule par l’addition du montant des stocks et des créances clients, diminuée des dettes fournisseurs. 

 

Une rotation des stocks faible implique souvent un BFR positif qu’il convient de réduire au minimum possible. Dans ce cas précis, les stocks et les créances sont supérieurs aux dettes, ce qui implique un besoin de financement à court terme (recours au crédit par exemple). Par ailleurs, un faible taux de rotation des stocks génère souvent des coûts d’entreposage, implique aussi des risques de péremption de produits (en cas de denrées périssables) ou de dévalorisation. Ce sont deux points d’attention à surveiller. 

 

Le taux de rotation diffère selon les secteurs

Il n’est pas possible d’évaluer la rotation de stock d’une entreprise par rapport à un indicateur moyen. Il diffère selon les secteurs et les activités de chaque structure et dépend de plusieurs paramètres qui interagissent : 

  • la saisonnalité d’une entreprise ;
  • la durée de son cycle d’exploitation (achat/vente/paiement) ; 
  • le délai de fabrication des produits (s’il y a lieu) ; 
  • le cycle de vie des produits (de sa fabrication à son élimination). 

 

Quelques principes simples sont néanmoins à retenir. La distribution alimentaire en général se caractérise par une rotation de stock élevée, du fait de la péremption rapide des biens. Une entreprise de commerce B2C type vêtements, jouets également.


Ce sera aussi le cas, mais dans une moindre mesure, des activités de commerce, distribution ou négoce B2B. 


Une entreprise à caractère industriel en revanche se caractérise par une rotation de stock plus faible, du fait du temps nécessaire à la fabrication des produits. Ce qui n’est pas forcément une faiblesse, si les produits ne sont pas gagnés par l’obsolescence trop rapidement.

 

Rotation des stocks : comment la calculer ? 

Mouvements de stock

 

Plusieurs modalités de calcul existent. Voici l’une des formules les plus fréquemment utilisées. 

 

Étape 1 : calcul de la valeur du stock moyen sur une période donnée, le plus souvent un an 

Stock moyen = (valeur en début de période + valeur en fin de période) / 2

 

Étape 2 : calcul du ratio de rotation selon deux référentiels 

Ratio de rotation = chiffre d’affaires / par le stock moyen au prix de vente

 

Voici un exemple pour l’illustrer. Une entreprise dispose en début d’année de 60 000 € de stock et de 120 000 € en fin d’année. La valeur de son stock moyen est de 75 000 €. Si le chiffre d’affaires de la structure est de 750 000 € sur l’année, son ratio de rotation est de 10 (750 000 / 75 000). Autrement dit, le stock de l’entreprise a été écoulé dans son intégralité 10 fois au cours de l’année. 

 

La rotation des stocks au service de la bonne gestion des stocks

 

 

Un taux élevé de rotation des stocks peut aussi être le signe qu’il faut optimiser votre gestion de stocks. Plusieurs leviers sont à actionner, parmi lesquels : 

  • Une distribution des stocks à flux tendu : c’est une excellente méthode gestion des stocks pour lier de manière plus étroite les achats de produits et leur vente (ou revente). Elle a pour mérite de diminuer en volume les coûts d’achat et de stockage puisque l’entreprise se met en posture d’acheter que ce qu’elle est susceptible de vendre

 

  • Une optimisation des délais d’approvisionnement auprès des fournisseurs

 

  • Une optimisation du taux de service, autre indicateur qui renvoie à la probabilité attendue d’éviter une rupture de stock

 

  • La réalisation d’inventaires plus réguliers, voire un suivi des stocks en temps réel, afin d’éviter les achats prématurés de matières premières ou produits destinés à la revente. 

 

  • Des campagnes marketing ou des opérations commerciales visant à booster les commandes des clients et donc les ventes

 

Des outils au service du pilotage de la rotation des stocks 

Comment choisir entre ERP et WMS ?

Pour calculer le ratio de rotation des stocks et piloter correctement cet indicateur financier, le tableur Excel a fait les preuves de son efficacité. Il “suffit” effectivement d’entrer quelques formules manuelles pour suivre par exemple la gestion d’un inventaire en fonction de la taille des réserves initiales et de leurs mouvements. Des modèles préformatés et adaptés à la supply chain sont disponibles sur internet et facilitent le paramétrage et la prise en main de ce genre de feuille de calcul. 

 

Malheureusement, très vite, cette approche trouve ses limites : dès que le nombre de produits augmente sensiblement ou les mouvements d’entrée ou de sortie s’intensifient… Elle devient vite chronophage et malheureusement s’avère source d’erreurs, à chaque fois ou presque qu’une saisie ou ressaisie est réalisée ! 

Un logiciel de gestion de stock fait très vite la différence. Plusieurs types d’outils existent sur le marché, notamment des ERP disposant d’un module de gestion des stocks. Outre le suivi en temps réel des mouvements de stocks offert par un tel logiciel, il permet aussi de connecter l’ensemble des flux de données qui se réalisent autour des stocks : approvisionnements, achats, ventes, suivi des ventes, jusqu’aux campagnes marketing ou opérations commerciales de déstockage. Le pilotage de l’entreprise en est fiabilisé et facilité. 

 

 

 

Un ERP de gestion des stocks constitue un véritable appui pour gérer de manière optimale et opérationnelle l’entrepôt, à fortiori dans le cadre de stratégie de vente multicanale et de stockage multi dépôts. 

Il est aussi incontournable pour piloter le plus efficacement possible l’ensemble des indicateurs clés financiers, comme celui de la rotation des stocks. Cela représente une véritable plus-value, notamment dans des secteurs concurrentiels où les marges commerciales sont faibles et les ventes réalisées sur de gros volumes (distribution, commerce ou négoce).

Quel ERP pour optimiser vos stocks ?

Inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire