Sommaire de l'article

Gouvernance de la cybersécurité : ce qu’il faut savoir

Partager cet article :

QU’EST-CE QUE LA GOUVERNANCE DE LA CYBERSÉCURITÉ ?

La gouvernance de la cybersécurité regroupe l’ensemble des politiques, outils et actions dédiées à la protection des ressources numériques d’une organisation, dans un contexte où les cyberattaques sont plus variées que jamais.

En règle générale, la cybergouvernance repose aussi sur des ressources humaines bien identifiées ainsi que sur des indicateurs de performance précis.

LA GOUVERNANCE DE LA CYBERSÉCURITÉ N’EST PAS OPTIONNELLE

En 2022, le coût des cyberattaques en France s’élevait à plus de 2 milliards d’euros, selon une étude d’Asterès. Ce chiffre met en lumière toute l’importance d’une gouvernance de la cybersécurité efficace.

Sur quoi baser votre cybergouvernance ? Un sujet complexe et particulièrement vaste, qu’il est possible de schématiser en le décomposant autour de 3 piliers : 

  • La prévention des menaces, également connue sous l’appellation anglaise “risk management”. La première barrière consiste à empêcher les pirates de s’introduire dans le SI. Plus votre bouclier protecteur est puissant, plus il sera difficile de le contourner, de quoi décourager la plupart des individus mal intentionnés.
  • La détection des menaces. Il arrive que certains virus, malwares ou autres programmes malveillants parviennent à franchir votre ligne de défense initiale en exploitant une faille. Dans ce cadre, il est primordial de détecter rapidement les irrégularités que génèrent ces intrusions pour éviter tout dégât supplémentaire.
    Ensuite, la vulnérabilité doit être comblée de façon à éviter une reproduction du scénario.
  • La réponse aux attaques avérées. Si vos deux premières couches de sécurité préventive ont été déjouées, il y a fort à parier pour qu’une attaque se produise dans votre système. L’anticipation n’étant pas capable de protéger votre SI de 100 % des menaces, votre gouvernance de cybersécurité doit aussi prévoir un certain nombre de mesures d’urgence déployables en un temps minime.
    L’objectif est clair : réagir le plus vite possible pour freiner ou stopper l’attaque en cours et limiter les dégâts.

Qu’apporte une gouvernance de la cybersécurité à votre entreprise ?

Management du risque optimisé

En structurant le premier niveau de protection, une gouvernance appropriée permet de gérer proactivement les risques : routines préventives, sensibilisation aux bonnes pratiques et mise en place d’outils dédiés (gestion des mots de passe, filtrage d’emails, etc.) sont autant d’éléments susceptibles de réduire l’exposition de votre activité aux cyber risques.

Temps de réponse réduit face à un incident

Structurer votre gouvernance en matière de cybersécurité renforce également la résilience de votre infrastructure en cas d’attaque. Trois points majeurs sont à considérer :

  • Quelles sont les personnes habilitées à agir sans passer par la procédure de validation standard ?
  • Quelles sont les mesures à activer selon la typologie de menace ?
  • Quelle gestion de crise établir ?

Rationalisation des ressources informatiques

L’établissement d’une gouvernance induit une liste de ressources à mobiliser dans le cadre de la protection du SI. De plus en plus, les entreprises se retrouvent avec des logiciels non utilisés (et parfois plus mis à jour) qui non seulement n’ont plus aucun usage, mais peuvent constituer de sérieuses failles de sécurité. En les décommissionnant, il est possible de réaliser des économies tout en éliminant certains facteurs de risques

Continuité de l’activité

Nous l’avons vu, votre capacité de réaction face aux menaces avérées peut réduire l’impact d’une attaque. La formalisation de directives et de plans d’action adaptés à diverses situations est un atout de poids dans votre gouvernance pour maintenir un un ratio de fonctionnement maximal sur votre site, même après une intrusion.

Confiance des investisseurs

Une organisation ayant une solide gouvernance en matière de cybersécurité inspire confiance. Pour les investisseurs cherchant à minimiser leur risque, la présentation d’un plan de gouvernance solide peut faire la différence et faciliter la levée de fonds.

6 étapes concrètes pour déployer une gouvernance de la cybersécurité efficace

Évaluation des risques et définition des objectifs

Il s’agit d’identifier vos ressources à protéger ainsi que les menaces principales y étant associées.
Un premier jalon sous-estimé, qui se situe pourtant à la base de l’ensemble de votre cybergouvernance. Prenez le temps nécessaire pour aboutir à une liste aussi exhaustive que possible !

Une fois les “assets” et les risques identifiés, définissez des objectifs clairs, si possible en exploitant la méthode SMART : Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, et Temporellement définis.

Audit de l’existant

En complément de votre première analyse, il est fortement recommandé de réaliser un audit complet du SI : quels sont les dispositifs actuels ? Sont-ils à jour ? Où sont les lacunes ?

Un tel document demande toutefois de solides compétences en sécurité informatique ainsi que de nombreuses heures, deux ressources que vous ne possédez pas nécessairement en interne.
Dans ce cas, tournez-vous vers un prestataire externe, qui utilisera toute son expertise pour vous proposer un audit global avec des préconisations concrètes.

Création ou mise à jour des composantes de la stratégie de gouvernance

La cybergouvernance est un concept assez théorique en soi, qu’il est impératif de concrétiser. En listant vos ressources, les bonnes pratiques à suivre, les processus et tout autre élément susceptible d’avoir un impact positif pour votre cybersécurité, vous devriez aboutir à un ou plusieurs documents de référence

Gardez à l’esprit que la technologie évolue rapidement, et que des évolutions seront à prévoir régulièrement pour maintenir un niveau de sécurité satisfaisant.

Recrutement de profils spécialisés et sensibilisation

La technologie seule ne suffit pas. Il faut des experts pour gérer, surveiller et intervenir en cas de menace. Investissez dans le recrutement d’experts en cybersécurité. 

De plus, la sensibilisation de tous les employés est cruciale. Organisez des formations régulières pour que chacun comprenne son rôle dans la protection des données. Trivial ? Une étude de 2019 par le SANS Institute montre pourtant que l’homme constitue la vulnérabilité principale dans 62 % des cas, loin devant les outils (qui comptent pour 24 % du risque) !

Adoption d’une posture proactive

N’attendez pas qu’un incident se produise ! La maintenance préventive est à placer au centre de votre dispositif de défense : surveillez régulièrement votre système et effectuez des tests d’intrusion pour identifier les vulnérabilités.

Reporting régulier

La gouvernance ne s’arrête pas une fois les politiques de cybersécurité mises en place. Il est essentiel de surveiller régulièrement les progrès et les lacunes. Établissez des rapports mensuels ou trimestriels pour évaluer la performance de votre stratégie de cybersécurité, identifier les axes d’amélioration prioritaires et organiser les projets adéquats.

3 défis majeurs de la cybergouvernance

Le manque de ressources et de management

La cybersécurité nécessite des investissements, à la fois en termes de technologie et de personnel. Malheureusement, de nombreuses entreprises considèrent ces dépenses comme un coût plutôt que comme un investissement, conduisant bien souvent à des services “sous staffés” et à un manque de chefs de projets expérimentés.

L’absence de stratégie unifiée

La base même d’une gouvernance de la cybersécurité repose sur une stratégie solide et bien définie.
Pourtant, certaines organisations opèrent encore sans feuille de route claire à ce sujet. Cette absence de vision stratégique conduit souvent à des efforts dispersés, une dilapidation des ressources disponibles et une vulnérabilité accrue. Prenez garde à bien structurer votre approche.

Le manque de processus standardisés

Les organisations cherchent en général à se couvrir au maximum pour posséder une bonne capacité de réaction face aux menaces de grande ampleur.
Une intention louable, mais qui tend encore aujourd’hui à se faire au détriment des opérations de maintenance “classiques”. Sans ces processus standardisés de routine, votre entreprise ne peut pas prétendre à un pilotage efficace et consistant de sa cybergouvernance.

En 2023, le niveau de risque cyber reste aussi élevé qu’il l’était déjà en 2022. Les dirigeants français, quelle que soit la taille de leur structure, placent désormais la cybersécurité en tête du palmarès des risques. Pour autant, son intégration dans les stratégies d’entreprise manque encore trop souvent d’anticipation et se traduit trop souvent par des réponses purement technologiques.
Or, notre expérience croisée – chez SYXPERIANE comme chez notre partenaire historique WithSecure – montre qu’une bonne appréhension du risque nécessite plus que jamais une prise de hauteur et la mise en place d’une véritable gouvernance de la cybersécurité qui aborde à parts égales, les paramètres techniques, technologiques, organisationnels, humains et financiers. 

Articles similaires

Largement ancrées dans le B2B, les interventions terrain sont une composante essentielle pour l’installation, la maintenance et le dépannage (…)
Inscrivez-vous et recevez une fois par mois notre newsletter

Syxperiane respecte votre vie privée. Nous utilisons des cookies à des fins de mesure d’audience, de personnalisation de votre parcours et d’amélioration de la qualité de nos services. Vous pouvez modifier ou vous opposer aux traitements de vos données personnelles à tout moment en consultant notre politique de cookies.

Inscription Newsletter

Inscription Newsletter